Public sector corruption: How does your country rank?

The perceived levels of public sector

Source:
Transparency International published the Corruption Perceptions Index 2013.
http://www.transparency.org/cpi2013/results

Publicado en Uncategorized | Deja un comentario

Corruption Perceptions Index 2013: Interesting article of Transparency International

Transparency International, 3 December 2013

Corruption Perceptions Index 2013: Now is the time for action

http://www.transparency.org/news/feature/cpi_2013_now_is_the_time_for_action

Corruption continues to have a devastating impact on societies and individuals around the world, with more than two-thirds of countries surveyed scoring less than 50 out of 100 in the latest Corruption Perceptions Index (CPI).

The index, the leading global indicator of public sector corruption, scores countries on a scale from 0 (perceived to be highly corrupt) to 100 (perceived to be very clean). The results of the 2013 index serve as a warning that more must be done to enable people to live their lives free from the damaging effects of corruption.

Despite 2013 being a year in which governments around the world passed new laws and forged fresh commitments to end corruption, people are not seeing the results of these promises.

Anti-corruption is an increasingly attractive platform for politicians, with many incorporating anti-corruption pledges into their election campaigns. It reflects waning public tolerance towards corruption. The danger, however, is that these anti-corruption promises fail to materialise.

Government guarantees of greater accountability do not always bring about tangible results at the local level. Protests in Brazil this summer showed public exasperation at the continuation of political scandals in spite of governmental assurances of a zero-tolerance policy on corruption.

Words must be backed by action

Some countries, such as Estonia, have seen improved CPI scores go hand in hand with efforts to combat corruption, such as the development of a new anti-corruption strategy.

Other countries, however, prove that words are not enough in the fight against corruption. After a summer blighted by political scandals indicating a lack of accountability and fading public trust, Spain tried to remedy its corruption troubles with a new Transparency Law.

It is certainly a step in the right direction, but the provisions do not go far enough. This missed opportunity to bring about significant legislative changes is particularly worrying given Spain’s six-point drop in this year’s index.

While countries such as Myanmar have seen significant improvements in the perceived success of their anti-corruption efforts; on average, perceived levels of corruption have failed to improve globally since 2012.

EU and Western European countries continue to perform best with an average score of 66, while Sub-Saharan African countries once again show the highest perceived levels of public sector corruption, averaging a score of 33.

But scores vary widely within each region and with a global average of just 43, all regions have a long way to go in curbing corruption.

Corruption persists in being a pervasive force in the public sector, hurting citizens in their daily lives and in times of dire need.

The impact of corrupt practices on humanitarian aid efforts following Typhoon Haiyan served as a tragic reminder of the devastating toll corruption can take, illustrating the need to ensure money designated to public sector services and infrastructure is not siphoned away into private pockets.

The dangers of corruption are not limited to times of emergency, as the growing social unrest in Kenya shows. And the costs of public sector corruption are often unacceptably high.

Corruption and conflict

Many of the lowest scoring countries face the troubles of corruption alongside political instability and conflict. As in 2012, last place is shared by Afghanistan, North Korea and Somalia. With a score of only eight, corruption perceptions in these countries indicate a near-total absence of an honest and functioning public sector. Libya and Syria have also seen decreases in their scores, falling even further down the rankings over the past year.

But previously high-scoring countries haven’t been safe from the risks of corruption either. Spain’s six-point decline was not only the most dramatic drop of all EU countries, but one of the largest globally. Australia is yet further proof that no country can afford to be complacent. Despite having one of the world’s highest GDPs, the country fell by four points this year.

This warning against complacency, whilst important for all countries, is perhaps particularly pressing for the BRICS bloc of Brazil, Russia, India, China and South Africa. Indian multinationals set the best example for transparency in corporate reporting in our recent research on emerging markets, but the country only just makes it inside the top 100 countries in the Corruption Perceptions Index.

The growing importance of emerging markets means their impact is felt broadly around the world. With increased global presence and rapidly growing economies, emerging market countries have the opportunity to set an example in the fight against public sector corruption

Agents of change

Ultimately, however, it is citizens who pay the price for corruption. From drought-stricken villagers in Brazil to university students in Romania, public sector corruption costs people their education, their rights and even their lives.

Citizens can also be the key agents in exposing corruption and helping bring about a more transparent and accountable public sector. In a time of growing citizen engagement and the unifying power of social media, individuals can expose those who abuse their power. It is often challenging, but citizens in Brazil have shown the effectiveness of ordinary people standing up against corruption.

In Piauí, one of the country’s driest and poorest states, Arimatéia Dantas coordinated the joint efforts of NGOs, trade unions and students in order to tackle public sector corruption that was denying people access to water. Control of the water supply often meant control of votes at election time. Marching through towns and villages in the region, citizens came together to expose and challenge such practices.

The march is now in its 12th year, and Dantas continues to lead citizens in demanding that access to basic rights, such as water, is not hindered by corruption.

The Transparency International Integrity Awards and Youth Competition winners are also a shining example of how individuals can hold corrupt officials to account in all walks of life. From traditional media to online blogs, citizens increasingly have the means to expose corruption at their fingertips. As our Youth Writing winner Ugoh Wilson Emenike explained, the battle against corruption starts from within.

Corruption is an endemic disease that affects all sectors of society, meaning that everyone has a role to play in bringing an end to corrupt practices. The Corruption Perceptions Index 2013 has proved that no government can afford to be complacent in the face of corruption.

Minientrada | Publicado el por | Etiquetado , | Deja un comentario

Ya a nadie se les escapa que vivimos en un país corrupto

España, el segundo país tras Siria donde más aumenta la percepción de corrupción

El Periódico, Martes, 3 de diciembre del 2013

España es el segundo país del mundo en el que más ha aumentado la percepción de corrupción este año, por detrás tan solo de Siria, según un informe de la oenegé alemana Transparencia Internacional (TI) publicado este martes.

La edición de 2013 del Índice de Percepción de la Corrupción (CPI) de TI indica que España cede seis puntos con respecto a la pasada edición, de los 65 (sobre un máximo de 100) a los 59, para descender de la posición 30 hasta la 40 de una lista de 175 países, lo que le sitúa por detrás de Brunei y Polonia, y justo delante de Cabo Verde.

“Italia y Grecia han creado en el último año leyes y sistemas anticorrupción fuertes y modernos y eso ha mandado un mensaje positivo. En cambio, en España se ha sucedido escándalo tras escándalo”, ha explicado Alejandro Salas, responsable para América de TI.

Frente a esta caída –y al derrumbe de nueve enteros de Siria, desgarrada por una guerra civil–, la clasificación de este año se caracteriza por la estabilidad y registra escasos cambios de posición y puntuación. A nivel europeo, España queda así relegada a la mitad inferior del ránking, por debajo de Chipre y Portugal y sobre Lituania y Eslovenia, y cada vez más lejos de los países del norte y centro del continente que abren la clasificación.

Dinamarca es de nuevo el país percibido como más transparente a nivel europeo y mundial –suma 91 puntos–, mientras que Grecia repite como nación más corrupta del continente en el puesto 80 (40 puntos), a la altura de China pese a una ligera mejoría.

“Debilidades estructurales” e impunidad

Los escándalos de corrupción destapados y juzgados en los últimos meses en España han dejado a la luz ciertas “debilidades estructurales” del sistema legal, argumenta Salas, como las del sistema de adjudicación de contratos públicos o la normativa sobre uso del suelo. El responsable de TI critica además la sensación de impunidad de los corruptos en España, debido principalmente a la lentitud del sistema judicial.

A juicio de los expertos de esta oenegé, la recientemente aprobada nueva ley de transparencia española es “débil”, carece de “claros castigos” para los infractores, deja mucho margen a la “discrecionalidad” de los funcionarios y no reconoce el derecho a la información de los ciudadanos.

Somalia, Corea del Norte y Afganistán, los más corruptos

A nivel internacional, Somalia, Corea del Norte y Afganistán, con tan solo ocho puntos, son los países percibidos como más corruptos del mundo según TI, y Dinamarca Nueva Zelanda son los más transparentes al sumar 91 enteros.

TI, referencia global en el análisis de la corrupción, asegura que los resultados de este informe “dibujan un escenario preocupante” y destaca que “más de dos tercios de los 177 países” estudiados suspende en transparencia.

Entre las grandes potencias, Estados Unidos se sitúa en el puesto 19 con 73 puntos, China en el 80 (40 puntos), Japón en el 18 (74), Alemania en el 12 (78), Reino Unido en el 14 (76), Rusia en el 127 (28), Brasil en el 72 (42) e India en el 94 (36).

Cierran este ránking mundial países sin estructuras estatales debido a guerras, conflictos o catástrofes naturales, como Somalia, Afganistán, Sudán y Sudán del Sur, Libia, Irak, Siria, Yemen y Haití.

El CPI se elabora cada año desde 1995 a partir de diferentes estudios y encuestas sobre los niveles percibidos de corrupción en el sector público de distintos países.

 

 

Publicado en Detective Privado | Etiquetado , , | Deja un comentario

Fahrzeughalterermittlung

Kraftfahrzeug Kennzeichen ist in Spanien öffentlicher Register.

Publicado en Privatdetektiv, Schuldner und Betrüger | Etiquetado , , , , | Deja un comentario

Vehicle owner identification

Motor vehicle registration is a public register in Spain.

Publicado en Debtors and scammers, Private Investigator | Etiquetado , , | Deja un comentario

Identification du propriétaire d’un véhicule

En Espagne le Registre d’immatriculation de vehicules a moteur est un register public.

Publicado en Débiteurs et escrocs, Détective Privé | Etiquetado , , | Deja un comentario

Peut-on échapper à l’espionnage électronique ?

SWISS-INTELLIGENCE.INFOPeut-on échapper à l’espionnage électronique ?

Swissintell

http://www.rts.ch/video/emissions/mise-au-point/5580639-peut-on-echapper-a-l-espionnage-electronique.html

Courriels, SMS, photos et jeux en ligne, les agences de renseignement espionnent tout. Les américains ont mis sur place de vastes systèmes de collectes d’information les plus privées. Peut-on y échapper ? Enquête

Ver la entrada original

Publicado en Uncategorized | Deja un comentario

ESPAGNE: un refuge pour les débiteurs. Nous pouvons vous aider à les trouver.

Je vous renvoi à l’Article publié dans le magazine ATB (AFTER THE BELL) (nº3 en Espagne) sur les agences de recouvrement en Espagne.
Pere J. Brachfield

ESPAGNE- Recouvrement des débiteurs ou danse des dégusements?

Le recouvrement des débiteurs ou la danse des déguisements devient une référence dans le recouvrement des dettes impayées. L’Espagne présente une des méthodes les plus colorées à l’heure de persécuter les débiteurs recalcitrants : envoyer derrière l’endetté un encaisseur déguisé.
Cette méthode est uniquement employée de façon habituelle dans notre pays, elle est devenue une singularité dans la communauté européenne du recouvrement des impayés à l’opposé de n’importe quelle norme légale qui régie l’industrie du recouvrement de créances.
Aux Etats-Unis et dans beaucoup de pays latino-américain l’utilisation d’encaisseurs déguisés qui harcèlent les endettés et nuisent à leur image publique est interdite. Dans les autres pays européens l’utilisation d’encaisseurs déguisés est également interdite puisque le respect au droit de l’image et à l’intimité des citoyens est considéré avant tout autre point.

Si nous prêtions le plus étroitement attention au cas de la France, nous retiendrions que c’est le pays, où les cabinets de recouvrement de créances doivent impérativement remplir une condition légale qui consiste en une déclaration de leur activité par écrit auprès du Procureur de la République. En outre, le client créancier doit signer un mandat de recouvrement dans lequel apparaissent l’ensemble des conditions et des modalités de collaboration avec le cabinet. Ce dernier a également pour obligation de délivrer un reçu au débiteur pour tout paiement effectué et prévenir son client de ce règlement aussi rapidement que possible. En France, et grâce à ces normes légales qui ont été mises en application par un décret de 1996, le recouvrement des impayés est une activité qui bénéficie d’un prestige certain. Dans les pays voisins – comme dans le reste de l’UE – les cabinets de recouvrement font preuve de sérieux, et accomplissent leur tâche et leurs formalités avec efficacité. Ainsi ils misent sur la confiance des clients utilisateurs de leurs services, et sont très utilisés par les sociétés qui ont des créances à recouvrer.

Dans l’état espagnol, et malgré la nécessité que les sociétés ont à devoir contrôler convenablement leurs impayés exigibles du fait du problème endémique de la lenteur, les cabinets de recouvrement ne sont toujours pas utilisés comme dans le reste des pays européens. L’usage des cabinets de recouvrement en Espagne qui n’est pas le même que dans le reste de l’Europe provient de l’image déformée qu’ils projettent suite à des situations décrivant la “persécution et le harcèlement” des débiteurs. Ce phénomène a causé la méfiance de beaucoup d’entreprises, qui devant la possibilité d’employer des méthodes coercitives à l’encontre des leurs débiteurs, préfèrent ne pas utiliser de cabinets de recouvrement. Évidemment, aucune société sérieuse ne tient à ternir son image en utilisant certaines méthodes avec ses clients, si faibles soient-elles. Il est cependant, lamentable et injuste que le comportement illicite de quelques mauvais cabinets ait obscurci l’image de toute la profession, car dans sa grande majorité les cabinets sont sérieux et apportent, au fil des années à travers leurs services, rigueur, éthique et professionnalisme et mérite toute notre confiance.

Espagne : pour persécuter le débiteur

La constitution espagnole, dans le chapitre des droits fondamentaux des Espagnols, précise en son article 18: “le droit à l’honneur, à l’intimité personnelle et à l’image est garantie”. En conséquence, envoyer un encaisseur, déguisé en panthère rose avec une affiche qui indique “je poursuis un débiteur”, persécuter dans les rues un présumé endetté, voire devant sa maison ou sa société, nuit à ses droits constitutionnels fondamentaux. Mais malgré ce qu’indique la Constitution, il n’existe aucune norme en Espagne régissant ces cabinets de recouvrement ni ces procédures qui peuvent être employées pour exiger les dettes.

La pratique qui consiste à envoyer un encaisseur déguisé derrière le débiteur fait que ce dernier finit par payer sa dette afin d’éviter que tout le monde ne découvre qu’il est un mauvais payeur. Si le débiteur règle immédiatement sa dette, il se dit qu’il évitera de passer, aux yeux de la société, comme quelqu’un de peu de fierté et, en conséquence, pourra continuer à faire des affaires. Les premiers à se plaindre de ce type de services de recouvrement sont les entreprises qui, sans doute dans un état d’impuissance et de désespoir, n’ont pas obtenus le paiement de leur débiteur et, ainsi, avant que la situation critique ne soit arrangé, recourent à n’importe quelle méthode afin de pouvoir récupérer leur argent.
Le cabinet “L’encaisseur en queue de pie” fut le premier de la péninsule ibérique à utiliser les encaisseurs déguisés pour persécuter les débiteurs, bien que la paternité en revienne à l’Argentine où un cabinet de recouvrement de Buenos Aires, dans les années ’70 engagea des étudiants d’université qu’il habilla de costume queue de pie et coiffa d’un chapeau haut de forme, auxquels il confia des serviettes en cuir de couleur rouge sur lesquelles pouvait être lu “recouvrement de créances” et auxquels il a demanda de circuler dans de vieilles voitures afin de visiter les débiteurs.

Pour ces encaisseurs élégants qui ont été surnommés “les cavaliers des autres”, la mission n’était pas de recevoir des fonds mais avant tout de se montrer aux voisins du débiteur et ainsi déclencher le paiement de sa dette. La devise du cabinet de recouvrement était “en queue de pie et haut de forme nous recouvrons n’importe quelle créance”. La popularité de cette méthode fait que le public associe immédiatement l’image d’un homme habillé en queue de pie et chapeau haut de forme comme un encaisseur tenace qui se consacre à la persécution d’un débiteur. Pour cette raison, l’image d’un homme coiffant haut de forme est devenue l’icône, de portée populaire, du poursuiveur des débiteurs.

Queue de pie et autres extravagances

Cependant beaucoup de cabinets concurrents ont délaissé cet encaisseur en queue de pie au profit de d’autres déguisements : écossais en tenue, cavalier espagnol, moine franciscain, ou Zorro. Dans d’autres cas la recherche porta sur des costumes voyants : ce fut le cas du cabinet de recouvrement “à l’encaisseur rouge” ou celui qui envoya un encaisseur habillé en canari jaune vert. D’autres cabinets ont utilisé des encaisseurs déguisés en clown ou en ours du peluche. Un cabinet de recouvrement a même utilisé un encaisseur déguisé en panthère rose afin de mieux se faire remarquer auprès des débiteurs. Singulièrement, ce fut ce déguisement de panthère rose qui fascina le plus le public extérieur à l’Espagne, suite à de nombreuses publications provenant du monde du crédit qui parlèrent “des panthères roses espagnoles” suivant les débiteurs dans les rues.
Toutes ces cabinets basent leur gestion sur la supposition que le débiteur ressent la crainte d’une diffusion publique de son état d’endetté, raison pour laquelle il préférera payer avant que sa réputation n’en pâtisse.

Néanmoins, il y a un grand pas de la théorie à la réalité, puisque beaucoup de débiteurs suivis dans la rue par des encaisseurs déguisés ne payent pas pour autant (ces débiteurs ainsi critiqués pour la diffusion publique de leur état restent indifférents). Le cas le plus fameux est celui d’un débiteur récalcitrant suivi dans la rue par un encaisseur déguisé qui précédait un comparse déguisé du débiteur. C’est pourquoi si tous les créanciers avaient la même idée d’employer plusieurs encaisseurs déguisés le débiteur penserait que c’est carnaval ou une danse costumée et ainsi les poursuites dans la rue d’un débiteur deviendrait inaperçu.

Récemment un nouveau cabinet de recouvrement a renouvelé le genre. De nos jours il est possible d’apercevoir dans les rues un encaisseur déguisé en torero et sur son costume lumineux est inscrit : il est “le torero du débiteur”. Bien que l’on pourrait penser que ce déguisement de torero soit seulement une nouvelle version des encaisseurs déguisés, il a pourtant un effet un psychologique particulier.

Les débiteurs professionnels sont d’authentiques experts (toreros) en matière de combat contre leurs créanciers, ils sont passés maîtres dans l’art de l’esquive et, après plusieurs tentatives, ils ont laissé épuisé de pauvres hommes méritants qui en échange n’ont encaissé que le centime symbolique.

Par voie de conséquence la revanche du créancier fut d’envoyer au débiteur un encaisseur déguisé en torero, qui accomplit ainsi une vieille maxime “qui combat par le fer, meurt par le fer”. Quoiqu’il en soit, il est surprenant que les cabinets de recouvrement aient oublié le meilleur déguisement pour persécuter les débiteurs : celui du “lieutenant Colombo”…..qui mieux que ce détective lourd de la TV, vêtu de son éternel imperméable froissé, peut poursuivre le débiteur jusqu’à ce que, par épuisement il se rende et paye ses dettes ?

En Espagne les déguisements ne sont pas l’unique apanage de la poursuite de débiteurs, ils sont également employés par d’importants hommes d’affaires pour défendrent leurs demandes. Citons, par exemple, les déguisements avec lesquels M. Ruiz Mateos avait l’habitude d’attirer l’attention médiatique face à ses demandes dans le cas “Rumasa”. Ces déguisements permirent à M. Ruiz Mateos, à partir des mass media aux heures de grande écoute, d’obtenir une grande popularité.

Publicado en Débiteurs et escrocs, Détective Privé | Etiquetado , , | Deja un comentario

SPAIN: A REFUGE FOR DEBTORS. We can help you find them.

Publicado en Debtors and scammers, Private Investigator | Etiquetado , , , , , | Deja un comentario

Schuldner und Betrüger

http://www.telegraph.co.uk/finance/personalfinance/expat-money/8810530/Prison-for-men-involved-in-boiler-room-fraud.html

Publicado en Privatdetektiv, Schuldner und Betrüger | Deja un comentario